Le rythme imposé par la digitalisation soumet chaque entreprise et chaque employé à de nouvelles manières de travailler. Il n’est pas question ici de se transformer en machine digitale, mais bien d’être capable d’évoluer au rythme des innovations. Des changements à tous les niveaux s’opèrent et les professionnels des RH n’y échappent pas. Zoom sur un futur déjà bien présent.

Piloter plutôt que diriger

Le management collaboratif s’impose désormais à tous les niveaux hiérarchiques et grâce à cette évolution des modes de management, l’entreprise peut mener son développement avec agilité et réactivité. La bienveillance s’invite dans le monde professionnel et les modes de valorisation de la performance changent. Le manager ne se cantonne plus à un rôle de contrôleur, mais se positionne en révélateur de talents. Il fait partie intégrante de l’équipe et on attend de lui qu’il aide ses collaborateurs à s’accomplir. L’heure est à la transparence, au partage de connaissances et des compétences pour mener à bien un projet. L’entreprise d’aujourd’hui se doit de garder le rythme imposé par l’évolution de son marché et organise les méthodes de travail en ce sens. Les « quick meeting » quotidiens supplantent les réunions interminables et les efforts de groupes sont encouragés aux moyens d’objectifs collectifs.

L’intrapreneuriat plus qu’encouragé

La capacité à travailler en mode projet, également appelée « scrum » s’est largement développée au sein des entreprises car très prisée pour la flexibilité et la réactivité qu’elle permet. Il en résulte une évolution des attentes de l’employeur, où l’esprit entrepreneurial, la vision, l’« ownership » et la créativité sont devenus des qualités recherchées par les dirigeants. Ainsi, un esprit analytique et critique, un comportement proactif et un sens aigu des responsabilités sont nécessaires. L’esprit d’équipe et le savoir travailler ensemble sont également des compétences essentielles dans une société où la performance individuelle pure, si elle est isolée, perd de sa valeur.

La formation continue partout et pour tous

Si la formation initiale est la porte d’entrée incontournable du monde professionnel, la formation continue est désormais devenue essentielle pour booster son employabilité. Et la digitalisation y est pour beaucoup. Présente dans tous les départements, les salariés ont désormais l’opportunité de faire évoluer leurs compétences en même temps que les techniques numériques.

Les organismes de formation eux, ont compris que l’accès facile à la formation est devenu l’un des critères essentiels pour celui qui souhaite se former. L’offre de formation en non-présentiel s’est considérablement étoffée, notamment grâce aux MOOC. Les formations délivrées sous forme de webinar sont également très prisées. Ces nouvelles formules séduisent et le secteur de la formation en ligne est l’un de ceux dont l’évolution est la plus importante sur la toile.

Recruter avec l’intelligence artificielle ?

L’employeur et les professionnels RH ont modifié leur approche du recrutement non seulement en internalisant les pratiques des cabinets de recrutement mais également en utilisant massivement les réseaux sociaux. Et cela s’intensifie. Si l’idée initiale repose sur une approche du « community management » de sorte à garder un contact personnalisé avec un pool de talents identifiés, les restrictions juridiques à venir quant à la protection des données personnelles posent question. Les pratiques et les méthodes doivent être revues afin d’être en conformité avec les prédispositions légales. Ré-inventer son approche du sourcing de candidats va devenir une priorité. L’intelligence artificielle appliquée au sourcing de profils fait rêver tout employeur en mal de candidats. Pour autant, faut-il supprimer la dimension humaine et « algorithmiser » le premier contact avec son futur collaborateur en robotisant la première personne qui représente l’entreprise ?

Pour un dirigeant, le passage au digital nécessite un important travail de réflexion et d’analyse. Il n’est pas question de savoir si son entreprise osera la transformation digitale, mais plutôt comment elle va procéder. Et accessoirement, garder un mode de fonctionnement dans lequel l’humain ne sera pas soumis à la machine.

Retrouvez cet article sur Paperjam http://paperjam.lu/expertises/conseils-rh